SUD-Solidaire JOUVE

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

JOUVE, entreprise bien portante au début des années 2000, avait accumulé millions d’euros de réserves, de quoi voir venir. L’imprimerie, son marché historique, débute une profonde mutation. Une situation qui pouvait être abordée avec sérénité. Les salariés et leurs représentants n’ont pas manqué d’interpeller la Direction pour provoquer une concertation autour de la nouvelle stratégie qui devait être adoptée et des modalités qui permettraient à l’entreprise de faire évoluer son positionnement sans casse sociale. Nous en avions le temps et les moyens.

Au lieu de cela, un premier aventurier, Pierre-Vincent Debatte, a été recruté. Issu d’une grande école, il savait mieux que tous ce qui était bon pour l’entreprise et, de rachats en regroupements, pour des raisons dont il était seul à connaître la logique, il devait nous ouvrir un avenir merveilleux. Un peu comme ces banquiers qui nous ont montré ce qu’on pouvait faire d’une économie libérale.

Fin de la première partie – L’actionnaire principal, Bruno Vergé, décide de changer d’aventurier. Pour quelles raisons ? Pour aller vers quelles orientations ? Une nouvelle fois, il ne lui parait pas opportun d’en informer et encore moins de demander l’avis des salariés. Si ça marche, j’en récupère les fruits, si ça rate, vous irez au chômage.

Un nouvel aventurier est recruté, Thierry Tomasov. Rendez-vous compte, il sort de l’école Centrale de Paris, formé aux techniques américaines, il a commencé sa carrière chez Disney… de quoi nous rassurer. On déclare qu’il a piloté « la relance de la société Veriplast ».  Ah bon, vu les résultats de cette société, on l’aurait plutôt vu plonger.

Que va-t-il nous dire ? « Faites-moi confiance et tout ira bien » ?

Nous, nous lui disons : l’avenir professionnel de centaines de salariés est une chose trop grave pour jouer. Les choses sont claires. L’intérêt, l’objectif de l’actionnaire est d’augmenter son patrimoine financier. Celui du manager, de récolter des salaires et gratifications en faisant plaisir à l’actionnaire. Le devenir des salariés est bien secondaire dans ces états d’esprit, l’actualité économique et sociale nous le rappelle tous les jours.

Il y a un choix à faire : continuer les aventures ou faire une place réelle à la concertation et à la recherche de solutions socialement responsables.

Notre choix est clair. SUD-Solidaire Jouve va se mobiliser afin que les salariés aient de nouveau des représentants du personnels qui saura les représenter.

Avec son activité historique d’imprimeur, Jouve a longtemps été une entreprise des plus prospères. Sur le période 2003 à 2007, son bénéfice moyen était de 5 millions d’euros par an pour un chiffre d’affaires moyen de 87 millions d’euros. Fin 2006, l’entreprise disposait de 53 millions d’euros dont 49 millions provenant des réserves qu’elle avait constituées par l’accumulation des parties des bénéfices non distribués :

autant dire le pactole résultant du travail de tous .

Très inspirée par la financiarisation de l’économie qui vise à multiplier le rendement des capitaux investis, c’est à cette époque que Jouve se lance dans une stratégie de diversification dont seuls les promoteurs et les joueurs de poker semblent avoir perçu toute la logique. Elle obtient des résultats bien aléatoires (2,3 millions de bénéfice en 2008, 3,7 de perte en 2009, 0,9 de bénéfice en 2010) avec des services qui progressent et d’autres qui déçoivent.

Voilà donc venu le temps de faire le tri dans tout cela. C’est ce qui parait résumer la stratégie du nouveau directeur Thierry Tomasov.

Le plan est d’une logique simple, pour ne pas dire simpliste quand on la regarde sur le moyen et long terme : sabrer les branches qui ne sont pas assez rentables. Des salariés à qui on a demandé le silence quand les stratèges préparaient leurs rachats et regroupements vont faire les frais des erreurs et de l’inattention apportée pendant ces dernières années à l’activité historique.
En observant ce qu’il se passe, on sait même comment la direction compte procéder : on ne licencie pas les gens mais on les mets dans une situation telle qu’ils vont s’en aller .

La valse à commencé : réorganisations, regroupements de services, délocalisations, sous prétexte d’efficacité économique. Dans la réalité, on désorganise le travail pour faire perdre tous leurs repères aux salariés, on détruit la coopération entre les services et on met la pression par le chantage à la fermeture ou délocalisation. Pour beaucoup d’entre nous, la fierté du travail bien fait disparaît et la souffrance commence jusqu’à devenir insupportable.
C’est un état des lieux particulièrement défavorable aux salariés , alors même que l’entreprise dispose de moyens conséquents pour agir de manière responsable. D’une part ils font les frais des aventures de la direction, d’autre part ils sont déstabilisés en permanence.

C’est ce contexte qui fonde les principes des candidats SUD-Solidaire Jouve aux élections professionnelles :

  • SE DEFENDRE : les pratiques d’agression et de fragilisation des salariés doivent cesser. Chacun doit pouvoir être accompagné individuellement quand il y est confronté. C’est en donnant une dimension collective à notre protestation que nous obligerons l’employeur à revenir à des méthodes plus respectueuse du Droit si ce n’est des personnes.
  • EXIGER UNE ATTITUDE RESPONSABLE DANS LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES : l’entreprise en a grandement les moyens. La formation est faite pour adapter les compétences aux évolutions des techniques et des marchés. Il faut simplement anticiper.
  • L’ENTREPRISE EST UN SYSTEME DANS LEQUEL CHACUN CONTRIBUE AU DEVELOPPEMENT . Ce n’est pas un champ de bataille. Chacun a droit au respect, à la promotion et à une rémunération qui évolue au minimum avec le coût de la vie .
  • RE-ENVISAGER LE MANAGEMENT . L’entreprise est une communauté, pas une machine. Les salariés sont des partenaires, pas des enfants. La motivation naît de la vision, pas de la peur. Le management c’est l’aide et le conseil, pas le contrôle.

Solidaire Industrie

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.